LES CONDUITS EXTÉRIEURS

Pour tout appareils de chauffage, le plus connu étant le conduit de cheminée, mais s’appareillant aussi à la chaudière, à l’insert, au poêle à bois ou même pour une VMC, l’évacuation des fumées se fait vers l’extérieur, avec une sortie de toit dans la grande majorité des cas.

En faisant appel à des fumistes professionnels, vous profiterez non seulement d’un diagnostic, d’un entretien ou même d’une installation respectant les normes et règlementations en vigueur, mais aussi d’un fonctionnement optimisé du conduit. Le petit bonus, c’est assurément d’abaisser la consommation d’énergie et ainsi de réduire vos factures chaque année. L’étanchéité du conduit de cheminée ou de fumée en est la plus grande cause.

Le standard conduit de cheminée et sa sortie de toit

Le cas le plus généralisé de conduit de fumée, c’est le conduit de cheminée. Pour l’évacuation des fumées, une sortie de toit est présente sur la grande majorité des maisons ou des résidences col-lectives. À son installation, il est tout de même des normes spécifiques à respecter, et auxquelles les professionnels en fumisterie sont formées.

Dans le cas de votre conduit cheminée, c’est la NF DTU 24.1 qui s’applique. Prenant en considéra-tion notamment la résistance aux températures, pour un foyer ouvert comme fermé, ainsi qu’aux combustiles et à la corrosion, l’évacuation de fumée se fait alors par un tubage en inox. Il peut à la fois être rigide ou flexible. Ces règlementations autour des conduits de cheminée ne font en re-vanche pas références à l’obligation d’une sortie de toit. Mais il s’agit toutefois du système le plus répandu, à la fois pour l’optimisation du fonctionnement du conduit, mais également une installation plus pratique, par un conduit de fumée rigide, soit droit.

À son installation, comme lors des inspections régulières, ou le simple ramonage, ces conduits de cheminée garantissent une plus grande facilité d’entretien, ou même la réalisation de raccorde-ment. L’apport d’un conduit de cheminée double est alors très facile à mettre en pratique, en y ajou-tant cette fois un tubage flexible, pour une double sortie de toit. Ainsi, la présence d’un second ap-pareil de chauffage sera permis pour le même conduit de cheminée, et ainsi abaisser votre con-sommation d’énergie à terme.

Conduit extérieurs

Création d’un conduit de fumée pour poêle à bois…

Le poêle à bois est un appareil de chauffage revenu à la mode, tendance, car moins onéreux que des radiateurs électriques ou une chaudière au gaz pour chauffer votre intérieur. Mais il impose parfois la création d’un nouveau conduit de fumée, pour une évacuation contrôlée ou simplifiée. Là encore, par une sortie de toit, avec paroi intérieure lisse, l’installation sera aisée pour un profes-sionnel comme pour particulier assez bricoleur pour finaliser l’évacuation des fumées.

En revanche, notez bien une fois encore que des normes très précises s’appliquent. Celles-là même que pour un conduit de cheminée. Il est notamment retranscrit d’après l’article et les règle-mentations NF que deux coudes uniquement peuvent être modulés, à angle de 90°, par un tubage flexible en inox. Une double peau est essentielle puisque le conduit de fumée ne s’applique pas sur une évacuation de fumée déjà présente, mais qu’elle sera naissante et à un usage spécifique. Les distances de sécurité également à retenir pour le conduit extérieur et la sortie de toit, notamment avec un écart respecté des murs et fondations de votre habitat.

Conduit extérieurs

… Ou tout autres appareils de chauffage

Chaudière, insert et tout type de chauffage peut nécessiter la création d’un conduit de fumée. Il est un autre système ayant besoin de réaliser une évacuation vers l’extérieur, avec aussi potentielle-ment une sortie de toit, c’est la VMC. Pour tous ces dispositifs, il peut être nécessaire de réaliser la création d’un nouveau conduit.

Le choix d’un tubage rigide ou flexible vous incombe, mais tout en prenant aussi en considération les plans d’architecture de votre immeuble ou de votre maison. Un conduit de raccordement peut être fait dans les résidences collectives, comme avec le conduit de ventilation particulier, lié à l’extérieur au réseau de ventilation collectif, avant d’arriver jusqu’à la centrale de traitement air ou de désenfumage.

Par toutes ces dispositions, par tous ces appareils de chauffage, un professionnel démontre tout son savoir-faire par les connaissances premières des normes et réglementations, adaptant le tu-bage à votre architecture, et garantissant même à terme un réel abaissement de votre consomma-tion d’énergie.

Conduit extérieurs

Raccordement possible au conduit de cheminée

La plus belle plus-value que vous pourriez réaliser par un fumisterie professionnel, c’est le conduit de raccordement de votre appareil de chauffage en jouissant de la sortie de toit liée à la cheminée. Ainsi, votre conduit de cheminée peut offrir un fonctionnement optimisé du conduit partagé et dé-doublé. Il ne sera alors plus nécessaire de créer un nouveau tubage, nécessitant surtout des tra-vaux de gros-oeuvre. D’autant que le diagnostic d’un conduit de cheminée est à la fois très facile, et très peu coûteux.

En optimisant alors le fonctionnement du conduit de cheminée, et sa sortie de toit, votre appareil de chauffage offre un double emploi. Mais pour tous les propriétaires qui ne disposent pas de chemi-née dans leur intérieur, que ce soit un foyer ouvert ou fermé, ce système est-il tout aussi permis ? Un professionnel fumiste peut repérer, à l’aide des plans d’architecte de votre résidence ou de votre maison ancienne, un ancien conduit de cheminée qui a pu être rebouché. Si cheminée il n’est plus, le conduit de fumée reste et bien intact. Il a simplement été clos pour faire place dans la pièce principale.

Ainsi, par une évacuation de fumée déjà existante, mais n’ayant plus été employée depuis sa clô-ture, il est un diagnostic plus poussé à réaliser. Par une inspection vidéo, repérer et tester l’étanchéité du conduit de fumée, les professionnels en fumisterie réalisent l’ensemble des essais avant de concilier la bonne utilisation à venir de l’ancien conduit de cheminée pour votre appareil de chauffage, ou déconseiller purement et simplement son usage, en privilégiant la création d’une nouvelle évacuation de fumée.

Conduit extérieurs

L’option du conduit de façade

Davantage approprié au poêle à bois ou à granulés, en l’absence même d’un conduit de cheminée existant, la mise en place d’une évacuation en façade est la plus profitable pour une maison ou un immeuble. Le conduit de fumée vient ainsi se juxtaposer à hauteur de l’évacuation du poêle, tra-verse le mur, et par un tubage rattaché à la façade, remonte au-delà de la toiture. Cette prestation est même considérée moins coûteuse et plus facile à monter qu’une sortie de toit à créer. En re-vanche, dans le cadre d’une résidence collective comme d’une maison neuve, une dérogation pré-alable est nécessaire, alors même que le conduit de fumée longeant la façade peut amener l’apparition de quelques tâches noires le long du mur extérieur. Sans gravité, il s’agit simplement d’une note peu esthétique.

Il est bon de prendre connaissance, avec le conduit de fumée en façade, de la sortie en ventouse, qui offre un meilleur confort et une nette amélioration de chauffage du poêle à bois. L’installation est plus onéreuse, mais évite les fameuses tâches sur la façade extérieure. Elle est donc plus appré-ciée des co-propriétaires ou locataires amenés à se plaindre de votre nouvelle évacuation. Les normes DTU 24.1 que nous détaillons dans le point suivant n’échappe pas au conduit de fumée en façade.

Évacuation des fumées :
Quelques normes à connaître

Dans le cas des conduits de fumée, spécialement pour les conduits de cheminée, mais aussi pour tout autres appareils de chauffage, les normes NF sont à prendre en compte. Nous supposions précédemment quelques points de l’articles DTU 24.1. Sous le centre de formation AGECIC, les professionnels connaissent les normes principales autour de l’évacuation des fumées, le raccordement de tubage, ou encore l’importance d’apposer une plaque signalétique sur chaque conduit en inox. Il y apparaît la date de mise en place, le matériau employé, sa longueur et autres dimensions, ainsi que les spécificités autres enregistrées sous un matricule très précis.

Dans le cadre des VMC, de la chaudière, du poêle à bois ou même d’un insert, les normes s’appliquent tout autant. Le matériau dépend notamment de l’énergie passant, que ce soit les condensats avec le gaz ou encore la corrosion pour des conduits de cheminée, sans omettre les distances de sécurité, comprenant les températures intenses concentrées ou les émissions de gaz comme de carbone.

En cela, il est aussi des mesures écologiques qui sont prises depuis la Règlementation Thermique 2012 (RT 2012). Des normes strictes, qui mettent à la fois en avant les soucis liés à l’environnement, pour les sorties de toit en l’occurrence, les raisons sanitaires, en jouissant d’un hébergement sain, à l’air parfaitement renouvelé dans le cas de la VMC ou chauffé à sa juste valeur. Et la dernière considération, c’est bien sûr abaisser la consommation d’énergie. Tout ceci regroupé offre un raccordement de conduit ou (lien “prestations associées »)une évacuation de fumée optimale, profitant à tous, que ce soit en intérieur ou à l’extérieur !

Conduit extérieurs

Une installation professionnelle pour abaisser sa consommation d’énergie

L’année 2019 a notamment été marquée par des records en matière de consommation électrique. Pour beaucoup, lors de fortes baisses de températures, la meilleure option n’est plus le radiateur ou la chaudière électrique, mais l’usage du gaz ou encore des poêles à bois, à graminées ou d’inserts de cheminée. À cet effet, vous constaterez rapidement un abaissement de votre con-sommation d’énergie. Une faveur tout à votre honneur en profitant de cette transition énergétique en accord avec la RT 2012.

Mais pour l’évacuation même des fumées, il est aussi des options pour abaisser votre consomma-tion d’énergie. Avec un conduit de cheminée ou conduit de cheminée double, vous pouvez favoriser une plus grande retenue de chaleur, sans pour autant mettre en risque votre santé, et en limitant les émissions de gaz à effet de serre. Un fonctionnement ainsi optimisé du conduit qui gagne da-vantage à être connu et reconnu de tous.

Conduit extérieurs

Une entretien régulier indispensable

Dans l’optique de considérer un abaissement de votre consommation d’énergie, mais aussi et surtout d’un usage optimal de votre conduit de cheminée, ou d’un raccordement du conduit à tous vos appareils de chauffage, l’entretien est indispensable. Par l’appel d’un artisan professionnel, agréé, formé, celui-là même qui aurait installé votre nouveau conduit de fumée, l’évacuation sera diagnostiquée environ tous les 3 ans. Le ramonage même du conduit de cheminée est effectif tous les 6 mois. Par des méthodes d’inspection vidéo ou d’un diagnostic de l’étanchéité par fumigène, sauf dans le cas d’un conduit de ventilation, vous prévenez des éventuels risques à venir, plutôt que d’entrevoir des frais plus importants, et une santé pouvant être mise en péril.

L’entretien d’une évacuation de fumée ne prend que quelques minutes pour un professionnel. Ces méthodes d’entretien comprennent également l’inspection et le nettoyage de la sortie de toit. Les résidus de suies, de condensats, de poussières ou même de matières allergènes sont réduites, pour retrouver un usage optimal de votre appareil de chauffage.

Conduit extérieurs