TUBAGE DE CHEMINÉE

Entre la norme NF DTU 24.1, les matériaux et formats de tubage de cheminée, son application à d’autres conduits ou même cheminée à gaz, il est des données essentielles à considérer. Pour tuber votre conduit de cheminée à bois ou même à feu, il est important de faire appel à un profes-sionnel. Même en essayant de le réaliser vous même, vous ne serez jamais à l’abri d’un souci d’étanchéité ou d’un non respect des normes en vigueur.

Vous serez ainsi directement reconnu en tort, notamment par votre assureur, pour le moindre accident qui affecterait votre santé ou votre propriété. La règlementation du tubage de cheminée étant très stricte, ne lésinez pas sur l’aide d’un professionnel expérimenté.

La norme NF DTU 24.1 pour le tubage de cheminée

Avant de présenter les mentions plus spécifiques autour du tubage de cheminée, que ce soit à feu, à bois ou à gaz, par les différentes options pour tuber (lien “conduit extérieur »)votre conduit extérieur comme intérieur et profiter d’une parfaite évacuation des fumées, il est important de mentionner les normes qui s’y appliquent.

Et en ces termes, il n’en est qu’une véritablement à considérer, elle se rapporte aux normes NF sous le nom de code DTU 24.1. Sous cet article pour la parfaite certification du tubage cheminée, il est des mentions très précises et strictes qui sont prises en compte :

  • Pression
  • Résistance aux condensats (cas spécifique du tubage de cheminée à gaz)
  • Résistance à la corrosion (cas spécifique du tubage de cheminée à bois)
  • Distance de sécurité
  • Température

Sous ces normes NF DTU 24.1, c’est le label CE surtout qui y est apposé. Une règlementation du tubage de cheminée alros européenne qui impose également aux fabricants, comme aux installateurs, d’y présenter une plaque signalétique. Sur celle-ci sera retranscrit la date de la pose, le matériaux présent, la longueur ou la hauteur, et la désignation codée du tubage de cheminée qui regroupe informatiquement toutes ces données.

Cette réglementation du tubage de cheminée ne s’applique pas que lors de la création ou de la demande de tuber votre conduit. Dès lors qu’un prolongement intérieur comme extérieur, en bas ou en haut, est réalisé, ces mêmes annotations sont à prendre en compte. Ces normes NF doivent être connues de tout professionnel qui réalisera les travaux et l’expertise préalable, prouvant notamment de l’étanchéité de conduit. Mais également de vous-même, si vous venez à réaliser la manoeuvre par vos soins.

Différents tubages cheminée permis

Dès lors que vous désirez tuber votre conduit, pour une parfaite étanchéité de conduit, pour le tu-bage d’une cheminée à bois, à feu ou à gaz, il est deux principales réalisations possibles : tubage rigide et tubage flexible.

Sous ces deux notions, les règlementations du tubage cheminée selon les conditions des normes NF et de l’article DTU 24.1, les mêmes certifications doivent être approuvées. Il n’empêche que le tubage rigide présente des caractéristiques différentes du tubage flexible. Un choix particulier à réaliser, ou que le professionnel préconisera, dans le cas précis de tuber le conduit.

Par l’application d’un tubage rigide de cheminée à bois, à feu ou à gaz, il apparaît évident que le conduit à tuber doit être droit pour attester de la parfaite étanchéité de conduit. En l’absence même d’un conduit déjà existant, le tubage rigide en inox doit être présenté en double paroi.

Sous la réalisation d’un tubage flexible, bien sûr, l’adaptation à tous les conduits et ses retorts est permise. Dans une matière inox également, il faut tout de même revenir sur la règlementation du tubage de conduit, qui ne permet que deux coudes à 90°, et dans le cas des foyers ouverts, la li-mite est plus souple à 45°. Ces normes NF doivent une nouvelle fois être parfaitement appliquées pour profiter de votre cheminée en toutes circonstances. Là encore, la double peau est aussi à mettre en oeuvre en l’absence d’un conduit à tuber.

Tubage cheminée
Tubage cheminée
Tubage cheminée

Pour foyer fermé comme ouvert

Dans le cas du tubage de cheminée, le type de foyer est aussi une donnée important à notifier pour un conduit à tuber. La différence se joue par rapport à l’encastrement de la cheminée à bois, à feu ou à gaz, pour un tubage adapté et un conduit à l’étanchéité optimale. Concernant la règlementa-tion du tubage de cheminée, selon les mêmes normes NF, dans le cas d’un foyer ouvert, elle sera plus souple, notamment en ce qui concerne les raccordements ou la réalisation des travaux d’extension d’un tubage de cheminée.

Pour le foyer ouvert, cette souplesse s’explique avant tout pour des températures arrivant dans le conduit à tuber qui seront moins importantes.

Tubage cheminée
Tubage cheminée
Tubage cheminée

D’autres conduits considérés par le tubage

Il n’est pas que le tubage pour cheminée à bois, à feu ou à gaz qui sera important à considérer. Pour tuber l’ensemble de vos conduits, qu’il s’agisse d’un poêle, d’un insert ou même de votre chaudière, la même règlementation de tubage s’applique. Le tubage flexible sera même le plus recommandé dans ce cas précis, notamment pour le poêle qui doit respecter une distance mini-mum de sécurité des murs.

Alors pour tuber vos conduits, les professionnels sont tous formés aux normes NF qui s’y appli-quent. Le centre de formation AGECIC en est le plus principal témoin. Spécialisé dans le tubage des cheminées, ou même plus globalement l’installation de combustion et d’énergie renouvelable, les formations reprennent l’ensemble des textes réglementaires des normes NF DUT 24.1 !